SPOTIFY ET RENTABILITÉ

SPOTIFY ET RENTABILITÉ

Spotify devra montrer qu’il se rapproche de la rentabilité avec son modèle. Il devra aussi continuer à augmenter son catalogue de musiques en rachetant des licences.

Spotify pense sérieusement à reporter d’un an son d’introduction en Bourse, et cela pourrait lui coûter très cher. Après avoir finalement abandonné son projet de rachat du concurrent Soundcloud fin 2016, le Suédois viserait plutôt une IPO pour le printemps 2018, au lieu de 2017, comme prévu initialement, a suggéré le service de streaming à Techcrunch. Or, ce contre-temps de quelques mois ne se ferait pas sans conséquences, remarque la revue spécialisée Music Business Worldwide qui s’est amusée à calculer la somme des intérêts que devra payer la plateforme de streaming à ses actionnaires. Et pour cause. En mars dernier, il levait 1 milliard de dollars sous la forme d’obligations convertibles auprès TPG, Dragoneer Investment et des clients de Goldman Sachs, sous une batterie de conditions soumises à intérêts.

Si Spotify reste leader avec 40 millions d’abonnés à son service de musique, il se trouve toutefois dans une situation complexe. Une IPO en 2018 lui «ferait gagner du temps pour construire un meilleur bilan annuel et lui donnerait du temps pour travailler sur un modèle économique qui lui permettrait d’améliorer ses marges», écrit TechCrunch. Mais, dans le même temps, ce report pourrait coûter près d’un demi-milliard de dollars (449 millions) à la société dirigée par Daniel Ek, d’après les calculs de MBW.

Premièrement, ces obligations émises convertibles en actions sont soumises à des intérêts. Ainsi, si l’IPO ne se réalise pas en 2017, l’entreprise payera 5% d’intérêts sur les sommes empruntées; un taux qui augmentera d’un point tous les six mois, jusqu’à son introduction en Bourse. Depuis mars 2016, à cause de ses intérêts, Spotify doit déjà s’acquitter d’une facture de 50 millions de dollars. En repoussant l’échéance à 2018, à un taux d’intérêts atteignant dès lors 7% (à raison d’un point tous les six mois), le total s’éleverait à 115 millions de dollars d’après le site américain.

La dette sur les taux d’intérêts et sur les actions

Le paiement des intérêts n’est pas la seule ardoise prévue dans la dernière levée de fonds. L’entreprise, qui emploie aujourd’hui 1 500 salariés, a signé un discount de 20% sur ces obligations convertibles, une réduction qui augmente tous les six mois. Sur une valorisation probable de 8,5 milliards de dollars au moment de l’IPO au printemps 2018, MBW estime Spotify va devoir délivrer 14,1% de parts selon l’investissement de chacun, contre 11,76% sans le discount prévu. Grâce à ce discount les actionnaires vont ainsi toucher plus en equity. Environ 250 millions de dollars, dans un premier temps, puisqu’après l’introduction et une valorisation en croissance de la société (probablement à 12 milliards), les actions détenues pourraient valoir 334 millions, d’après MBW.

En cumulant les intérêts et le discount prévu sur chaque action convertible, Spotify pourrait, au total, devoir octroyer un demi-million de dollars en valeur à ses actionnaires.

Entre-temps, alors que ce scénario repose sur la confiance des actionnaires, Spotify devra montrer qu’il se rapproche de la rentabilité avec son modèle. Il devra aussi continuer à augmenter son catalogue de musiques en rachetant des licences. Deux prérequis dangeurement liés, note MBW, puisque sa rentabilité dépend aussi de ces nouvelles acquisitions de musique et de communautés. En novembre dernier, la communauté d’abonnés était aussi fragilisée, suite à la découverte de problèmes rencontrés après le téléchargement de l’application sur desktop.

La confiance est d’autant plus fragile que Spotify est de plus en plus attaqué par les concurrents. Lancé il y a un an et demi, Apple compte désormais 20 millions d’abonnés payants, sans compter sur les ambitions d’Amazon Prime Music lancée en octobre, de Tidal ou encore de Deezer. (Source : www.frenchwef.fr)

Posted on: 6 février 2017master

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *